compotier


compotier

compotier [ kɔ̃pɔtje ] n. m.
• 1746; de compote
Plat en forme de coupe. Compotier de cristal. Par ext. Son contenu.

compotier nom masculin Coupe pour servir des compotes, des fruits, etc. ; son contenu.

compotier
n. m. Grande coupe pour les compotes, les entremets, les fruits.

⇒COMPOTIER, subst. masc.
Plat creux monté sur pied dans lequel on sert des desserts variés (compote, crème, gâteaux, etc.) ou des fruits crus. Des compotiers de verre, emplis de sucre en morceaux, jalonnent la table (COLETTE, La Maison de Claudine, 1922, p. 107) :
1. François, qui présentait les fruits, pencha trop le compotier, et les pommes, les poires, le raisin, roulèrent sur la table.
ZOLA, Nana, 1880, p. 1367.
♦ [P. anal. de forme, désigne une fontaine] :
2. Au centre de leur pelouse (...) s'élevait le compotier à trois plateaux étagés qui fournissait d'eau le bassin et ses poissons rouges.
COLETTE, Gigi, 1944, p. 204.
P. méton. Contenu d'un compotier :
3. Le petit, après avoir dévoré les gâteaux, le compotier de crème et celui des poires au sucre, mangeait maintenant le pot de confiture avec sa cuiller à potage.
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Le Petit, 1883, p. 392.
Expr. arg. S'en faire péter le compotier (COURTELINE, Les Gaîtés de l'escadron, Coupe nouvelle, 1895, III, p. 213). S'efforcer en vain d'obtenir quelque chose.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1733 compoptier (Bulletin du Comité des Trav. hist., 1903, p. 475 ds IGLF). Dér. de compote; suff. -ier. Fréq. abs. littér. :59.

compotier [kɔ̃pɔtje] n. m.
ÉTYM. 1746; compoptier, 1733; de compote.
1 Plat en forme de coupe. || Un compotier de cristal.
1 Plus loin, la maison Guillout (…) étalait délicatement, derrière ses glaces, des paquets dorés de biscuits et des compotiers pleins de petits fours.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 44.
Par métonymie. || Un compotier de marmelade, de fruits, le contenu d'un compotier.
2 Autour du compotier de reines-claude (sic) une guêpe bourdonnait, et toute la maison semblait ronronner avec elle sous la caresse de midi.
Martin du Gard, les Thibault, t. II, p. 187.
Par compar. (à propos d'une vasque de fontaine) :
3 Au centre de leur pelouse, devant la terrasse à lions écailleux, s'élevait le compotier à trois plateaux étagés qui fournissait d'eau le bassin et ses poissons rouges.
Colette, Flore et Pomone, in Gigi, p. 148.
2 Argot. Tête. — ☑ Loc. S'en faire péter le compotier : s'efforcer en vain.
4 Mon salaud, faut pas qu'ça te la coupe, mais j'suis trop ancien au peloton pour qu'on essaye de me passer des curettes; et pour porter mon sabre sous le bras, macache, c'est midi sonné; tu t'en ferais péter le compotier.
Courteline, les Gaîtés de l'escadron, p. 314.

Encyclopédie Universelle. 2012.